Energie, domotique & habitat durable

3 critères pour définir une passoire thermique

Par Christelle , le 14 janvier 2022 — 3 minutes de lecture

La passoire thermique est un terme utilisé pour désigner les bâtiments qui consomment beaucoup d’énergie thermique. Si votre bien est désigné en ces termes, il peut être difficile de le vendre ou de le louer. Il existe cependant des solutions. Avant d’appliquer une de ces solutions, il faut se baser sur certains critères pour définir une passoire thermique.

Vendre ou rénover : que faire face à une passoire thermique ?

C’est la question que se posent tous les propriétaires de passoires thermiques. Si vous comptez mettre le bâtiment en location, l’idéal est de procéder à des travaux de rénovation, afin d’améliorer la performance énergétique. Certes, cela représente de grosses dépenses, mais vous pouvez retrouver votre investissement au bout de quelques années. Par ailleurs, il existe une interdiction de location des pires passoires thermiques en France. Les travaux de rénovation visent généralement la toiture, les ouvertures, les murs et le revêtement du sol. Ces travaux sont d’ailleurs ce que propose Passoirethermique.info qui vous guidera dans la rénovation thermique de votre bien.

S’il s’agit en revanche d’une résidence secondaire, vous pouvez envisager de vendre si vous avez des difficultés à financer les travaux de rénovation.

Les 3 critères qui définissent une passoire thermique

Voici les 3 critères pour définir une passoire thermique.

Les résultats du diagnostic de performance énergétique

Le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) est un document qui donne des informations sur l’état énergétique d’un logement. Il est généralement communiqué à l’achat ou à la location d’un bien immobilier construit.

Le DPE trie les bâtiments dans une classe énergétique qui varie de A à G. Les passoires thermiques sont classées entre E et G.

En dehors de la classification, le DPE offre une présentation détaillée de l’habitation. On y retrouve des informations importantes sur le système énergétique utilisé, l’état des parois ou encore l’état général de la maison.

Le document présente également des recommandations qui peuvent se présenter sous forme de conseils sur les travaux et les gestes à adopter.

Passoire thermique

Le logement est humide

Un niveau anormalement haut d’humidité est une des conséquences d’une passoire thermique. C’est la résultante directe d’une mauvaise isolation. Lorsque votre logement est humide, il y a quelques signes assez faciles à détecter :

  • condensation sur les vitres,
  • des auréoles marron se forment sur les murs,
  • la peinture s’écaille et le papier peint se décolle rapidement,
  • dans les cas extrêmes, de l’eau se met à suinter des murs.

Si vous cochez une ou plusieurs de ces cases alors votre habitation est une passoire thermique.

Des factures d’énergies trop élevées

Les factures d’énergies ne doivent pas dépasser 8 % de vos revenus. Si c’est le cas, cela ne veut pas dire systématiquement que votre logement a un problème. Cela peut être dû aux appareils électroménagers et aux dispositifs de chauffage. Si vous êtes sûr que vos installations ne sont pas en cause, alors vous pouvez vous pencher sur la structure de votre logement.

La hausse de la consommation d’électricité est généralement due à une mauvaise isolation du bâtiment. Cela entraîne de grosses dépenses en climatisation et en chauffage suivant les saisons. Concrètement, les déperditions thermiques se situent souvent au niveau de la toiture et des murs. Le revêtement du sol peut également y contribuer dans une moindre mesure.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.