Gros oeuvre

Construction d’une charpente : les différentes étapes

Par Nicolas , le 21 janvier 2022 , mis à jour le 27 janvier 2022 — 8 minutes de lecture
Charpente

Élément essentiel de la maison, la charpente contribue à sa mise hors d’eau, sa mise hors d’air et soutient la couverture. Il s’agit souvent d’ossature en bois (mais peut être également en métal ou béton) placée au-dessus des murs porteurs du bâtiment. La charpente est ainsi un élément fondamental pour assurer la pérennité d’une construction.

Par ailleurs, la charpente doit avoir une certaine résistance aux charges climatiques. Elle doit être en mesure de se garder en état et soutenir la maison en cas de vent violent ou de pluie torrentielle. La charpente peut être également amenée à recevoir un excès d’eau ou de neige selon la région où se situe la maison. De ce fait, les travaux de réalisation de la charpente d’une maison ne doivent pas être négligés. Une bonne charpente nécessite une étude en amont du chantier, un savoir-faire et des étapes de constructions précises. Nous avons fait le point sur les différentes étapes de la construction d’une charpente pour que vous puissiez garantir la réussite des travaux.

Étape 1 : étudier et concevoir les plans

Cette étape est indispensable avant d’entamer les travaux sur un chantier. Il vous est possible de réaliser vous-même les plans, ce qui vous fera économiser une partie du budget alloué à votre projet de charpente. Toutefois, la réalisation des plans de la charpente de votre maison est une étape fondamentale du projet. Nous vous recommandons donc de faire appel à un professionnel pour vous accompagner durant cette étape.

De nombreux professionnels qui maitrisent les règles d’art de construction de charpente seront ravis de vous accompagner dans votre projet. Ils devront également savoir les contraintes locales du Plan local d’urbanisme (PLU), que vous choisissiez un architecte, un charpentier, un constructeur ou un bureau d’étude. En effet, le PLU précise le type de construction que vous pouvez réaliser ou non comme :

  • La hauteur maximale de toiture autorisée.
  • Le type de toit que vous pouvez réaliser.
  • La possibilité d’installer ou non une fenêtre de toit.

De plus, chacun des professionnels cités précédemment saura également vous orienter dans vos démarches nécessaires au lancement de votre projet de charpente. Si nécessaire, il peut l’effectuer à votre place, notamment pour le permis de construction et la souscription des garanties (assurance dommage-ouvrage, assurance décennale).

Étape 2 : choisir le type de charpente

Vous pouvez choisir parmi les 5 types de charpentes suivants : la charpente traditionnelle, la charpente en bois lamellé-collé, la charpente industrielle en bois, la charpente métallique ou la charpente en béton. Afin d’aiguiser votre choix, nous allons voir en détail chaque type de charpente.

La charpente traditionnelle

Parmi ces 5 types de charpentes, la charpente traditionnelle est la plus prisée des particuliers. Elle représente en effet 1/5 des charpentes de maison. La charpente traditionnelle est constituée de différents éléments et de diverses pièces en bois, dont les chevrons, les fermes et les pannes. Chaque pièce de bois de la charpente traditionnelle a un nom différent selon son emplacement sur le toit tel que : échantignolle, jambe de force, panne faitière, etc.

Si vous désirez avoir des combles aménagés, la charpente traditionnelle vous convient parfaitement. Sa mise en place est souvent réalisée par des charpentiers qualifiés. Ces derniers sauront calculer les charges que la charpente va devoir supporter ainsi que les contraintes techniques. Ils sauront également prendre en compte le poids des aménagements à installer, comme l’isolation, la fenêtre de toit ou encore le lambris.

Le bois le plus courant pour une charpente traditionnelle est l’épicéa ou le sapin. Les charpentes en bois de chêne, châtaignier et peuplier, quant à eux, sont assez rares. Dans tous les cas, vous devez vous assurer d’utiliser du bois traité contre les champignons et les insectes au risque de le voir pourrir et de menacer l’ensemble de votre structure.

La charpente en bois lamellé-collé

Il est possible de réaliser une charpente de très grande portée avec le lamellé-collé. C’est pourquoi la charpente en bois lamellé-collé est la plus privilégiée sur les grands bâtiments ou les bâtiments industriels. De plus, vous pouvez également réaliser des formes arrondies avec le lamellé-collé tout en étant plus résistantes qu’une panne traditionnelle en bois massif. Sans oublier que la charpente en bois lamellé-collé a un aspect lisse, car les lamelles de bois sont rabotées avant d’être collées les unes aux autres. Résultat, vous avez une charpente très esthétique, parfaite pour une charpente apparente.

La charpente industrielle en bois

La charpente industrielle est de plus en plus répandue dans les maisons. Elle est composée de pièces de bois plus légères, appelées également « fermettes« . Ce type de charpente est conçu sur plan et le montage est réalisé en usine. Quant à la mise en place de la charpente, elle se fait directement à la maison à l’aide d’une grue. Cette fois-ci également, vous devez définir à l’avance si vous voulez ou non aménager vos combles.

La charpente métallique

Comme la charpente lamellé-collé, la charpente métallique permet également des portées importantes. Par contre, elle a une structure en acier, une alternative à la charpente en bois. De plus, le prix d’une charpente métallique s’avère plutôt économique. Pourtant, elle a une durabilité incomparable. Sa mise en œuvre durant les travaux est rapide et vous avez un large choix de formes.

La charpente en béton

Contrairement à la charpente en bois et métallique, la charpente en béton ne craint ni les insectes, ni les champignons, ni même le feu. Elle se distingue également par sa pérennité et sa robustesse. En effet, la charpente en béton est excellente pour votre terrasse aménageable, car elle est très solide. Cependant, vous devez avoir des murs porteurs résistants qui supporteront son poids, car sachez-le, la charpente en béton est très lourde. Cela peut demander des fondations importantes et donc, un budget conséquent.

Étape 3 : choisir un professionnel pour les travaux

Il est important de demander l’avis de nombreux professionnels pour la construction de la charpente de votre maison. Cela vous permet de comparer les devis et les expertises de chacun, et ensuite de faire un choix qui vous correspond le mieux.

Le charpentier est le professionnel le plus qualifié dans les travaux liés à la charpente en bois (charpente traditionnel, charpente lamellé-collé, charpente industriel). Il peut façonner le bois dans son atelier, puis l’installer directement sur le chantier. Le charpentier saura également vous conseiller par rapport à votre projet de construction, et vous aider à définir un budget plus précis. Par contre, pour une charpente en béton, un maçon est plus qualifié. Ce dernier saura adapter le type de béton en fonction de la structure et de la charge qu’elle doit porter.

Toutefois, il est important de vérifier les garanties que le professionnel peut vous apporter : garantie constructeur, assurance décennale. Non seulement cela vous couvre en cas de problème, mais vous assure également en quelque sorte la qualité du travail. Puis, comparez également le temps de réalisation des travaux selon le professionnel. Tous ces éléments vous aideront à aiguiser votre choix.

Étape 4 : choisir les matériaux de couverture

En complément avec sa fonction principale qui est d’assurer l’étanchéité du toit de votre maison, la couverture de la charpente participe grandement à son aspect esthétique. Le choix de la couverture pour la toiture ne doit donc pas être négligé. Une des étapes dans votre projet de construction consiste à choisir le bon matériau de couverture pour le toit de votre maison. Pour cela, de nombreux types de matériaux de couvertures sont disponibles, adaptés à la pente de votre toiture, mais également à votre région :

  • Le zinc à joint debout.
  • La tuile de terre cuite.
  • Le bac acier.
  • La tuile béton.
  • Les panneaux isolés.
  • Le PVC ou étanchéité bitume pour les toits plats.
  • Et les bardeaux bitumés.

Vous devez bien comparer chaque matériau, car il présente chacun des avantages et des inconvénients. Le prix varie également d’un matériau à l’autre, ce qu’il vous faut adapter à votre budget.