Construction

Construction de maison : l’étape de l’élévation des murs

Par Christelle , le 6 août 2021 — 6 minutes de lecture
L'élévation de murs

Le gros œuvre est l’ensemble des travaux liés aux fondations, au soubassement, à l’assainissement, à l’élévation des murs, à la toiture, à la charpente et aux menuiseries extérieurs de la maison. L’élévation des murs d’un bâtiment est certainement l’une des étapes les plus importantes de la construction. Pour cette opération, vous pouvez travailler le parpaing, la brique, la pierre, le béton cellulaire ou le bois, selon vos préférences. Nous vous parlons plus en détail de l’étape de l’élévation des murs de votre maison.

Qu’est-ce que l’élévation des murs d’une maison ?

L’élévation des murs est un élément indispensable du gros œuvre d’une maison. Elle permet d’initier la construction proprement dite de votre projet immobilier. Dès lors, votre maison commencera à prendre forme et de hauteur et de manière visible. Cette étape d’élévation des murs est souvent réalisée simultanément avec la pose des linteaux, pour les portes et fenêtres.

Différents matériaux peuvent être travaillés pour élever les murs de votre maison, à savoir le parpaing, la brique, la pierre, le béton cellulaire ou encore le bois.

Mur en parpaing : le plus économique

Le parpaing est le matériau le plus prisé pour la construction des murs d’une maison. Un choix de sécurité certes, un mur en parpaing possède une bonne résistance au feu. Il est également le moins cher, car le prix du mètre carré d’un mur en parpaing se situe entre 40 et 60 euros. D’autre part, le parpaing est un matériau plutôt écologique, ce qui fera du bien à l’environnement.

Les parpaings se reposent sur un lit de mortier, surplombant les fondations afin de former le mur. Pour vous y repérer, vous pouvez vous servir de cordeaux qui vous serviront de guide durant les travaux de l’élévation des murs. Puis, placez des ferrailles verticales pour s’assurer de la solidité du mur.

Lorsque vous posez les parpaings, assurez-vous que les alvéoles soient orientées vers le bas. Pour cette étape, appliquez une couche de mortier d’environ 2 cm sur chaque parpaing. Enfin, n’oubliez pas de vérifier la bonne verticalité du mur à l’aide d’un niveau à bulle.

Mur en brique : un choix esthétique

La brique évoque le charme de l’ancien, il est très esthétique. Et si vous avez besoin de bien réguler l’humidité de votre maison, la brique est le matériau idéal. En plus, le prix d’un mur en brique est environ 40 à 85 euros le mètre carré, ce qui est un bon rapport qualité/prix.

En choisissant la brique pour l’élévation de vos murs de maison, placez au préalable des cordeaux en guise de repères sur les fondations préparées. Puis, commencez la pose par les briques d’angles. Ensuite, pour la pose de la première rangée, les briques doivent être reposées sur le lit de mortier des fondations. Assurez-vous qu’elles soient bien tassées et qu’elles suivent bien vos repères en cordeaux.

Afin de garantir une bonne fixation, appliquez une couche de mortier sur la face de la brique précèdent avant de poser les suivantes. N’oubliez pas de bien vérifier régulièrement l’angle du mur à l’aide d’une équerre et sa verticalité avec un niveau à bulle.

Mur en pierre : une solidité indéniable

En plus de donner du cachet aux murs de vos maisons, un bloc de pierre est un matériau particulièrement solide et durable. Il possède également une bonne isolation phonique. Cependant, ce matériau risque de faire grimper votre budget de construction de maison. En effet, son prix varie entre 30 à 1 300 euros par mètre carré, selon le type et le niveau de préparation de la pierre.

Avant de commencer les travaux d’élévation des murs de votre maison, vous devez tout d’abord trier les pierres. Les pierres, dont la forme est régulière, vous serviront à élever le mur. Tandis que les pierres longues vont épaissir votre mur. Par contre, celles qui sont irrégulières vont constituer le centre du mur.

La procédure de la pose des pierres pour l’élévation des murs de votre maison doit commencer par l‘angle des fondations. Puis, il vous suffit d’insérer des couches de mortier entre les blocs pierres.

Mur en béton cellulaire : le meilleur isolant

Facile à poser, un mur en béton cellulaire requiert des fondations moins importantes que les autres matériaux. En plus, il offre une isolation acoustique très satisfaisante. Ce matériau coûte à partir de 60 euros le mètre carré.

Afin de poser le béton cellulaire, assurez-vous que la surface qui lui est destinée est bien plane et propre. Puis, commencez par la pose des blocs d’angles tout en assurant un bon alignement à l’aide des cordeaux.

Appliquez une couche de colle sur la surface du bloc devant qui va accueillir le bloc suivant. N’oubliez pas de vérifier régulièrement la justesse de l’installation avec un niveau à bulle. Rajoutez un coup de maillet sur chaque béton cellulaire après sa pose. Ce petit geste vous permet de bien ajuster l’ensemble et d’écraser la colle.

Mur en bois : un choix écologique

Plus écologique que le parpaing, le bois est le matériau parfait si l’environnement est une cause qui vous tient à cœur. Le mètre carré d’un mur en bois coûte à partir de 150 euros, son prix varie selon le type de bois choisis. Plusieurs essences de bois peuvent être travaillées, notamment le mélèze, la Red Cedar, le pin douglas, etc. Mais pour des raisons économiques et écologiques, vous pouvez employer une essence de bois locale.

Généralement, les maisons à ossature en bois adoptent le même matériau pour l’élévation des murs. Le bois massif empilé est la technique de construction de mur de maison en bois la plus ancienne. Cette méthode est encore utilisée dans les chalets des montagnes. Pour ce faire, placez des madriers ou rondins de longue section sur les fondations, puis empilez-les les uns au-dessus des autres.

D’autres techniques existent également pour monter les murs rapidement sur une ossature bois. Lorsque la charpente est installée, vous pouvez placer un panneau (OSB, particules ou contreplaqué) qui assure le contreventement. Une fois le mur formé, insérez un isolant thermique entre les panneaux en bois, puis le tour est joué.