Procédures et réglementations

Quelles sont les différences entre label et certification ?

Par Christelle , le 6 septembre 2021 — 6 minutes de lecture
Maison certifiée

Plusieurs dispositifs existent pour s’assurer de la performance et de la qualité d’un bâtiment : E+C, BBCA, certification NF habitat, etc. Il n’est pas toujours évident de connaître la réelle signification et le fonctionnement de ces appellations. Certaines sont des certifications et d’autres des labels. Mais que signifient exactement ces deux termes ? Et quelles sont les différences entre le label et la certification ? Nous vous apportons toutes les réponses dans cet article.

La certification

Qu’est-ce que la certification ?

La certification porte garant du fait qu’une maison ou un bâtiment est de qualité supérieure vis-à-vis de la réglementation. Sachez que la certification est une démarche volontaire. Le constructeur, le promoteur, le syndic ou le professionnel de la rénovation peut la demander afin de faire reconnaître qu’une rénovation ou une construction donnée est de qualité.

Pour obtenir une certification, vous devez suivre un référentiel appelé « cahier de charges« . Ce document fixe toutes les dispositions que vous devez prendre afin de réaliser des travaux de rénovation ou de construction conformes aux normes.

Durant la réalisation du chantier, un organisme certificateur accrédité, impartial et indépendant va réaliser des contrôles selon plusieurs critères. Si les travaux répondent aux normes et aux exigences de l’organisme, vous pouvez bénéficier d’une certification.

Pourquoi demander une certification ?

Si vous souhaitez revendre une maison ou un autre bien immobilier, la certification est un atout à mettre en avant, dans la mesure où elle garantit la qualité des travaux effectués. Selon une étude réalisée par Adéquation, le prix de vente des maisons certifiées NF Habitat est plus élevé que celui de leurs équivalents sans certification. D’un autre côté, les habitations certifiées HQE coûtent jusqu’à 13 % de plus en cas de revente.

Nous tenons à préciser que la certification est bénéfique pour l’acquéreur. Pourtant, elle n’engendre aucun surcoût. Le professionnel prend en charge les frais de certification de l’immobilier. Mais sachez que la certification est également bénéfique pour le professionnel. Sa démarche qualité lui permet de mieux maîtriser ses coûts, et avoir plus d’efficacité. Ainsi, grâce à une maison de qualité, un professionnel gagne en fiabilité, en efficacité et garantit la satisfaction client.

Le label

Qu’est-ce que le label ?

L’obtention du label donné porte garant de la qualité d’un bâtiment dans un domaine bien défini : la performance énergétique, les matériaux, etc. Cet aspect le différencie principalement de la certification. Nous tenons à préciser que les labels fixent des niveaux supérieurs de performance par rapport à la réglementation. Ainsi, les maisons sont plus performantes en termes de qualité de vie, de performance énergétique et environnementale, par exemple.

Environ 50 % des Français trouvent que le label de qualité est primordial pour un logement. Par contre, sachez qu’il existe un grand nombre de labels (label énergétique, label écologique, etc.). Et leur valeur n’est pas la même. Les labels se distinguent notamment en :

  • Labels respectant une charte. Leur délivrance ne nécessite pas des contrôles réalisés par un tiers. Afin de les obtenir, vous devez prendre connaissance des cahiers de charge ainsi que de leur mode d’évaluation.
  • Et labels de qualité délivrés par différents organismes certificateurs (HPE Rénovation, BBCA, BEPOS, E+C-). Ce second type de label est assez similaire à la certification. Et vous pouvez l’additionner avec la certification NF Habitat HQE – NF Habitat.

Tout comme la certification, le label est une démarche volontaire.

Pourquoi demander une labellisation ?

Si vous souhaitez revendre votre maison, la demande de sa labellisation vous permettra d’avoir un argument irréfutable afin de convaincre un client donné. Un logement labellisé sur un domaine donné est plus respectueux envers l’environnement en plus d’être plus performant.

Dans le cas où vous êtes un acheteur, nous vous conseillons de bien vérifier si les labels d’une maison à vendre sont bien fiables.

Les labels et les certifications dans l’immobilier

En France, il est obligatoire de bâtir des bâtiments plus durables, plus responsables et plus seins depuis la naissance du Diagnostic de Performance Energétique (DPE) et le Grenelle de l’environnement. La réglementation vous impose des normes thermiques pour cela, notamment la RT 2012 et la RT 2020, pour les constructions neuves. Ces réglementations fixent également une limite à ne pas dépasser pour votre consommation d’énergie (ventilation, chauffage, éclairage).

Quant aux labels et aux certifications, ils visent à apporter plus de performance à votre bâtiment. Par exemple, les bâtiments labélisés et certifiés consommeront moins d’énergie, seront plus confortables et prendront en compte votre bien être et votre santé (confort acoustique, qualité de l’air, etc.).

Les labels environnementaux et les certifications environnementales

Appelés écolabels, les labels environnementaux sont régulièrement contrôlés. En plus d’inclure l’énergie, ils concernent également d’autres aspects de l’environnement. Les labels environnementaux sont :

  • Le label Bâtiment Basse Consommation (BBC) : il offre une meilleure performance par rapport à la réglementation thermique. Et sachez que ce label environnemental est devenu la norme. Ainsi, le label Haute et Très Haute Performance Énergétique a pris sa place.
  • Le label Haute Performance Énergétique (HPE) : ses exigences dépassent celles de la réglementation thermique actuellement en application. Ce label englobe toutes les activités qui concernent la construction, la conception, l’entretien et le fonctionnement d’un bâtiment. Ainsi, le label HPE s’intéresse à la fois aux exigences thermiques, à la durabilité, à la sécurité, et aux conditions d’exploitation d’un logement donné.
  • Le label Bas Carbone ou BBCA : il met en valeur la démarche bas carbone. 4 axes de mesure sont notamment concernés :
    • L’exploitation impliquant une énergie faiblement carbonée.
    • La construction avec des matériaux mixtes.
    • Le stockage carbone avec des matériaux biosourcés.
    • L’énergie circulaire
  • Le label Qualisol : ce label français porte garant de la qualité de votre système de chauffage. Il concerne également la qualité de la production d’eau chaude à partir de l’énergie solaire.

D’un autre côté, les certifications environnementales sont :

  • La certification LEED : elle propose une gestion de l’eau et des systèmes de chauffage écoresponsables. Cette certification consiste à réutiliser des matériaux en surplus ou utiliser des matériaux à proximité.
  • La certification NF HQU (Haute Qualité Environnementale) : elle vise à limiter l’impact d’une maison sur l’environnement. Cette certification délivrée par Certivea vous garantit également un environnement confortable et sain à l’intérieur de votre logement.
  • La certification Well Building standard : elle souhaite améliorer le bien-être des employés à travers des critères tels que la qualité de l’eau, de l’air, de l’alimentation, etc.
    • La certification BREEAM Very Good : elle mesure les  de votre maison dans plusieurs catégories (bien-être, santé, énergie, biodiversité, etc.).